BLOG

Entries in News

La banque centrale met en garde contre une dette hypothécaire élevée

Comme vous le savez, l'argent est une ressource limitée. S'il y a suffisamment de liquidités sur le marché, les particuliers et les entreprises ont tendance à emprunter. En pleine pandémie, le secteur du logement domestique semble nager à contre-courant. Il crée de la richesse pour les vendeurs alors même que d'autres secteurs de l'économie sont déstabilisés, ce qui entraîne un taux de chômage élevé de 8,2 %. Derrière cette croissance du marché de l'habitation, parfois appelée hyperinflation, se cache une dette facile et bon marché disponible pour les Canadiens. Un autre facteur critique est l'épargne élevée des ménages due aux subventions salariales. Cette relance pandémique n'a cependant jamais eu pour but de relancer le marché du logement, mais de stimuler la demande dans tous les secteurs. La situation est déroutante. La dette de carte de crédit, qui aurait normalement dû augmenter en raison du chômage et de l'inflation, est en baisse et la dette hypothécaire, qui se traduit essentiellement par une plus grande partie des revenus destinés au remboursement, est en hausse. L'ACI(Association Canadienne de l’Immobilier) confirme que le prix moyen des maisons au Canada a bondi de 38 % en glissement annuel en mai 2021, malgré la modération des prix des maisons au cours des deux derniers mois. De toute évidence, les gens enchérissent davantage pour acquérir une nouvelle maison, ce qui a expulsé des groupes comme les néo-Canadiens, les jeunes et les parents célibataires. Beaucoup d'entre eux loueront des espaces acquis à des prix élevés, ce qui entraînera une augmentation des loyers pouvant nuire à ce groupe et réduire leur capacité de dépenser pour d'autres biens.

en savoir plus

Impôt sur les gains en capital sur la résidence principale ?

Le Globe and Mail a publié un article le 20 mars 2021 reprenant l'idée de l'impôt sur les gains en capital sur une résidence principale. L'idée sous-jacente est évidemment que les propriétaires gagnent trop d'argent, avec un marché qui, partout au pays, est en hausse de 25% par rapport à il y a un an. En d'autres termes, s'il n'y a pas assez de logements pour accueillir la population, c'est parce que les propriétaires font grimper les prix. En 2017, on accusait les étrangers ! Donc, la solution la plus simple, pour certains, c'est de dire que c'est la responsabilité des Canadiens ! Si un acheteur a le choix entre 5 maisons… pensez-vous vraiment que le vendeur sera en mesure de faire grimper les prix ? Trouvons ensemble des solutions, en invitant autour de la table les investisseurs, propriétaires, locataires et le gouvernement. Un bon leader doit entamer la conversation et écouter les professionnels. Qu'y a-t-il à steak? • Actuellement, la vente d'une résidence principale est exonérée de l'impôt sur les plus-values. Pour la plupart, c'est la planification pour la retraite. • les États-Unis sont souvent utilisés comme exemple. Là, vous êtes exonéré d'impôt sur les premiers 500 000 $ US en couple, et 250 000 $ US en tant qu'individu, de plus-values. Mais ce qui n'est souvent pas mentionné, c'est que les intérêts payés sur les hypothèques sont déductibles d'impôt aux États-Unis. Cette distinction importante n'a pas fait partie de la discussion au Canada. Les propriétaires paient déjà : • Les droits de cession immobilière, ainsi que • les impôts fonciers. L’ajout de l’impôt sur les gains en capital ne résoudrait pas le problème, et certainement pas un moyen de refroidir le marché du logement. La taxe sur la spéculation des non-résidents n’a été qu’un pansement qui n’a pas résolu le problème de fond.

en savoir plus

Perspectives optimistes pour l'économie GTHA jusqu'en 2031

en savoir plus

2019 the Good , the Bad or the Ugly ?

en savoir plus

Selon Ipsos , le logement est un sujet important pour les électeurs.

en savoir plus

Politique et immobilier: What’s next?

Ou va notre marché immobilier ?

en savoir plus

Notre marché est-il sur une pente descendante ?

Pour une fois parlons chiffres. Vous vous posez sans doute la question de savoir comment notre marché immobilier se porte. Beaucoup d'acheteurs et de vendeurs de maisons ont joué au jeu de l’attente: "Le marché a-t-il ralenti pour l'été ou sommes-nous sur une pente descendante?"

en savoir plus

Un marché immobilier imprévisible

Je voudrais partager avec vous des choses que j'ai vécues ou entendues auprès de collègues.

en savoir plus

Est-ce que notre marche immobilier va s'effondrer ?

Vous vous demandez probablement comment notre marché immobilier réagit après que le gouvernement de l'Ontario a annoncé 16 mesures dans le cadre du Plan équitable de logement de l'Ontario pour relever certains des défis auxquels sont confrontées les familles de l'Ontario lorsqu'ils cherchent d’acheter une maison.

en savoir plus

2017, un immobilier abordable?

2017, un immobilier encore abordable? Tout d'abord, nous allons examiner brièvement les chiffres en 2016 dans le GTA:

en savoir plus