BLOG

Notre marche immobilier et les Millenials ? Soyons prêts et écoutons-les aujourd’hui.

jeudi 18 octobre 2018 Written by Emmanuelle in General

Selon un nouveau sondage effectué au nom de la Building Industry and Land Development Association (BILD) et du Toronto Real Estate Board (TREB) : plus de neuf sur dix de la génération des « millennials »sont préoccupées par le fait que des personnes de leur âge ne pourront se permettre d’acheter une maison dans la région du Grand Toronto. Ce chiffre atteint 94% chez les millennials âgées de 18 à 34 ans.

"730 000 Millennials vivant dans la région du grand Toronto et de Hamilton (GTHA) envisagent soit de quitter le domicile de leurs parents soit de ne plus partager un logement avec des colocataires au cours des dix prochaines années, et pourraient créer 500 000 nouveaux ménages », a déclaré Dave Wilkes, Président et CEO de BILD.

Une autre étude réalisée par Point2Home (août 2018) a révélé que 66% des membres de la génération Y désirant acheter une maison souhaiteraient le faire d'ici un an. Cependant, près de la moitié des personnes interrogées (âgées de 25 à 38 ans) ont réalisé des économies nettement inférieures à la mise de fonds moyenne nationale de 25 000 dollars.

Pire encore, 12% des Millennials admettent qu’ils n’ont réussi à rien mettre de côté.

Par exemple, à Toronto, la mise de fonds moyenne est un peu plus de 62 000 $, mais 70% pensent avoir besoin de moins de 50 000 $.
 
Quelques points importants :

  • À Toronto, 70% des personnes de la génération Y ayant participé au sondage estiment avoir besoin de moins de 50 000 $ pour un acompte.
  • S'ils réservent 20% de leur revenu chaque mois, les Millennials de Toronto ont de bien meilleures perspectives d'avenir que leurs homologues de Vancouver. Cela prendrait moins de cinq ans pour économiser suffisamment pour un acompte. Pour une maison à Vancouver, il leur faudrait environ 20 ans.

Ce qui est important :

  • 60% des habitants de la région du Grand Toronto estiment qu’un quartier devrait être accessible à la marche et au vélo
  • Proximité des commerces, des divertissements et des services gouvernementaux.
  • accès à des transports en commun pratiques (56%) et à proximité du lieu de travail et de l'école (54%).

Pour conclure sur une note positive: la génération du millénaire est le groupe le plus optimiste, estimant que la région du Grand Toronto est bien préparée à fournir un logement au nombre de nouveaux résidents qui s’installent ici chaque année.

Essayons de ne pas les décevoir.

Source :L'Express de Toronto, 9 Octobre 2018 par Emmanuelle Meyer
https://l-express.ca/notre-marche-immobilier-et-les-milleniaux-soyons-prets-et-ecoutons-les-aujourdhui/